Engagement des publics minoritaires/Résultats des entretiens et de la veille

De Wiki des ADN
Aller à la navigation Aller à la recherche

Constats généraux des entretiens et de la veille

● Un coup d'oeil transversal et sectoriel des approches à l'ÉDI au sein des milieux culturels au Québec et au Canada.
● Présentation des données qui brossent un tableau des entrevues qualitatives et de la veille thématique internationale.

Constats secteur musique

Constats secteur théâtre

OÙ ?

Outaouais, Abitibi-Témiscamingue, Mauricie, Québec, Gaspésie, Saguenay-Lac-Saint-Jean, Estrie, Montréal.


Observation :

Lorsqu’on analyse les enjeux en lien avec les publics minoritaires, la dimension territoriale semble jouer un rôle important. Il faut noter, par exemple, qu’environ 85 % des immigrants du Québec sont établis dans le Grand Montréal. La région métropolitaine est donc animée par des dynamiques assez particulières qui la différencient des autres régions de la province. En plus d’autres facteurs, cette forte présence d’immigrant·e·s et de personnes s’identifiant comme des minorités visibles fait que le développement des publics est abordé prioritairement sous le prisme de la consommation culturelle. En revanche, dans certaines régions du Québec, on remarque une tendance à reconnaître davantage le caractère unique des publics minoritaires présents sur un territoire donné. On perçoit une volonté authentique de comprendre les besoins spécifiques de ces publics, le désir de s’approcher d’eux et de renouer de relations plus saines, plus équitables. Au-delà des stratégies marketing, le besoin d’un rapprochement interculturel est nommé et la volonté de mettre en place des actions concrètes pour renouer avec les communautés sur le territoire se manifeste de plus en plus.


QUI?

Dans cet article, par publics minoritaires nous faisons référence à toute personne vivant sur un territoire déterminé et appartenant à un groupe invisibilisé ou sous-représenté.

Groupes identifiés par ordre de mention :

•••••• Peuples autochtones

••• Diversité ethnoculturelle

••• Diversité de genre

•• Population immigrante

•• Communauté anglophone en situation minoritaire

• Étudiants étrangers

• Diversité corporelle

• Personne vivant avec un handicap

• Personnes âgées

• Individus à faible revenu

• Publics issus du milieu rural


Observation 1:

Nos interlocuteurs ont posé un regard attentif sur les relations avec les peuples autochtones présents sur les territoires. Les organismes interrogés détaillent des initiatives locales visant à développer une relation de proximité entre habitants. La diversification des publics prend surtout forme à travers de stratégies actives de déplacement. Les représentations in situ favorisent la mobilité et permettent de rejoindre les communautés. Toutefois, dans certains contextes, la langue constitue un frein et s’ajoute aux éléments qui accentuent les dynamiques de marginalisation.


Observation 2:

Lors de nos entrevues, des groupes qui ne sont pas communément rattachés aux publics minoritaires ont été nommés. Des considérations notables ont été faites en regard du milieu rural, des étudiants étrangers, des individus à faible revenu, des aînés et des anglophones en situation minoritaire. Cela démontre la nécessité de ne pas aplatir le portrait de ces publics sous la pression des tendances et d’élargir conséquemment la notion de publics minoritaires. Cette façon de faire encourage à se questionner de manière concrète sur la capacité d’accueil de nos lieux culturels et sur les façons de s’adresser au plus grand nombre.


Observation 3:

Certains répondants dénotent une vision englobante des publics minoritaires. Toutefois, les actions à mettre en place nécessitent des expertises spécifiques et différenciées selon les effets d’exclusion (genre, culture, origine, handicap, etc.) auxquels il faut s’attaquer. Développer ces expertises à l’interne représente un effort important pour les organismes. On remarque qu’il y a une tension entre la volonté des organisations et les ressources disponibles pour assurer la compréhension des enjeux, la structuration et la mise en place de stratégies ÉDI au quotidien et de façon transversale.


POURQUOI?

À partir des entrevues, nous avons identifié les principaux besoins et les enjeux en lien avec le développement des publics.

  1. Représentativité scène/salle : à la lumière des entrevues, il est possible d’observer que cet enjeu se traduit désormais à l’extérieur de la couronne montréalaise et prend particulièrement forme au sein de villes étudiantes.
  2. Diversification des publics : un besoin important est exprimé afin de se doter de nouvelles initiatives de rapprochement interculturel et ainsi parvenir à élargir les publics. À cet égard, on fait référence à diverses stratégies, capacités et ressources qui permettraient de mieux comprendre les habitudes de certains groupes et communautés pour ainsi parvenir à mieux les accueillir.


Autres besoins :

  • Donner plus de visibilité aux artistes dit de la diversité et en augmenter le potentiel de découvrabilité de leurs spectacles pour faciliter la rencontre avec les diffuseurs et les publics.
  • Développer davantage un réseau professionnel diversifié et inclusif pour soutenir le développement de carrière des artistes dits de la diversité.


COMMENT?

Initiatives inspirantes en théâtre

Nos interlocuteurs ont nommé des initiatives inspirantes en théâtre que nous partageons ci de suite :


Diversité de genre

Edgar: Delirium Théâtre en collaboration avec le GRIS (Groupe régional d’intervention sociale). — Trois-Rivières (Mauricie)


Théâtre in situ pour aller à la rencontre de publics diversifiés

Fâcheux Théâtre : théâtre estival en plein air, nommé « Molière dans le Parc », qui cherche à démocratiser l’accès au théâtre et à rejoindre un public vaste et diversifié. — Gatineau (Outaouais)


Auditions ouvertes pour aller à la rencontre d’artistes d’horizon divers

Théâtre Trident : auditions ouvertes — Québec


Théâtre anglophone

Groupe des 5 : leur mission est de devenir un centre de ralliement pour les gens de théâtre de la communauté anglophone, ouvert sur tout le théâtre allophone montréalais. — Montréal


Pistes de réponse numériques

Parmi les pistes de réponse offertes par les interlocuteurs, nous soulignons :

  • La conception et la mise en ligne de calendriers d’événements culturels pour la visibilité et la découvrabilité des spectacles et des artistes
  • La réalisation de projets de co-création avec les technologies: à l’automne 2019, par exemple, Culture Outaouais, le Fab Lab Onaki et la Fabrique mobile de l’Outaouais ont lancé le projet « EJA TAKOKI OPIMENA pas à pas, nous marchons côte à côte », un processus de cocréation réunissant des jeunes aux origines autochtones et allochtones de la région de l’Outaouais et des artistes autochtones et métis avec comme intention le partage de savoirs traditionnels et technologiques. Ce processus collaboratif multiculturel vise la cocréation de prototypes d'œuvres artistiques fonctionnelles intégrant un volet technologique, par des jeunes accompagnés d’artistes autochtones et métis de la région.


Autres initiatives inspirantes

Projet harmonie-intercommunauté (MEQ-MES): Depuis plus de 15 ans maintenant, le comité Inter-communauté Harmonie permet la tenue d’échanges et la réalisation d’une multitude de projets variés (services municipaux, mobilisation dans la région ou encore activités sociales et culturelles pour tous les groupes d’âge) en regroupant les résidents du village francophone de Pointe-à-la-Croix et la communauté anglophone Mi’gmaq de Listuguj.


Observation :

On assiste à l’émergence de nouvelles figures professionnelles en ÉDI, mais 87% des CRC affirment ne pas avoir une personne exclusivement attitrée aux enjeux ÉDI au sein de leur organisme. On remarque l’émergence d’un système à double vitesse: ce sont les réseaux professionnels avec un gros volume d'affaires qui peuvent se doter de telles expertises, ainsi que certaines organisations publiques et certaines institutions d’enseignement supérieur. Toutefois, les organismes de représentation sectoriels et régionaux en sont pour la plupart dépourvus. Il est donc encore difficile pour les organismes culturels de se doter de plans d’action en matière d’équité, diversité et inclusion (qui pourraient aussi inclure des actions en lien avec les publics minoritaires) ainsi que des ressources nécessaires à leur mise en place.


QUOI?

On attend quoi des actions?

  • Raffiner et accroître les liens de communication entre les centres communautaires et organismes culturels.
  • Mieux comprendre comment rendre les lieux de diffusion culturels plus accueillants et faciliter la mobilité des agents culturels vers les communautés.
  • Rendre prioritaire l’engagement des publics minoritaires au sein des planifications stratégiques.


QUAND?

  • La recherche a été effectuée pendant l’été 2021. Les entrevues ont été analysées dans les mois suivants.
  • Les questions posées en entrevue faisaient référence aux trois dernières années, c’est-à-dire à partir de 2018.


Cette recherche a été réalisée par Caroline Gignac (responsable de la stratégie politique et de la recherche au Conseil québécois du théâtre) et par Raffaela Siniscalchi (agent de développement numérique au Conseil québécois du théâtre).